【苹果】为纪念这一功绩,推出“纪念版”手机(5968 欧)

【东西视记】1961年4月12日 尤里·加加林 成为第一“太空人”

60年的今天,1961年4月12日,尤里·加加林 成为历史第一【太空人】

在当年的苏美冷战,军事技术竞争的环境中,被视为一个“社会主义”对“资本主义”的胜利及优势的象征

世界及苏联人民对这一人类的“里程碑”而表示欣欢

L’actrice italienne Gina Lollobrigida embrasse Gagarine

对于当时的情景,请看下面文章

是法语,不会的赶快学 🙂

注:俄罗斯歌曲“爱情就像一场梦”(1993年,俄罗斯歌星 阿拉·普加乔娃 Alla Pougatcheva 发布)

【东西视记】:在法国(欧洲),东方指伊朗 印度 穆斯林国家,中国日本是【远东】;中国文化视印度伊朗为“西”(西游记),欧洲美国为西方

这次是 Orient Joins Occident 🙂 缩写为 ojo 在西班牙语是【眼睛】,眼睛是视觉观察,今天我们【视记】苏联/俄罗斯世界

Iouri Gagarine, la première femme cosmonaute de l’histoire Valentina Terechkova et le premier homme à avoir effectué une sortie extravéhiculaire dans l’espace Alexeï Leonov, 1965

注:中国提倡【走出去】多年,国家花了大量经费,除了各种宴会,成果还在等待中。负责这项工作的人们,似乎对外界缺乏准确的概念,除了他们的“梦”。通过不同视频资料,从不同角度,我们向各位介绍“一带一路”上的国家,它们的文化传统,历史。这里我们“做梦”。做是“制造”的意思

Iouri Gagarine après son vol historique

Le 12 avril 1961 est le jour où l’histoire a basculé. Un premier homme est allé dans l’espace et est revenu avec succès, devenant la personnalité médiatique numéro un dans le monde entier. Il a été accueilli comme une rock-star dans son pays, et de nombreux autres attendaient sa visite avec impatience.

— 【巴黎】,2021年4月12日,俄罗斯新闻社

Il y a 60 ans, à 10h02, heure de Moscou, l’agence de presse TASS a diffusé une brève sur le premier vol habité dans l’espace. Elle est devenue l’information la plus reprise dans le monde. Le pays était suspendu aux postes de radio, les files d’attentes s’allongeaient aux kiosques à journaux et une foule en liesse se rassemblait au centre de Moscou.


| Les Moscovites s’amassent aux kiosques à journaux

| Des constructeurs de Novossibirsk lisent les informations à propos du vol de Gagarine

| Manifestation improvisée à Moscou: « Gloire au premier cosmonaute soviétique »

| Les employés d’une usine de vêtements écoutent les nouvelles du vol de Gagarine
« La journée de travail était complètement “perdue”, elle s’est transformée en journée de vacances, les gens étaient euphoriques, et on entendait partout ce nom inconnu jusqu’alors: Iouri Gagarine », se rappelle l’ingénieur Lev Mouzourov.

Evgueni Skazkine, travailleur de la ville d’Engels, non-loin de là où Gagarine a atterri, se souvient de ce jour-là : « C’est comme si j’étais sous le choc, j’ai fini par comprendre au bout d’un moment, et j’étais rempli d’une telle euphorie que je criais inconsciemment : “Hourra ! Les nôtres sont dans l’espace !”. Je suis sorti dans les couloirs de la résidence. Les autres sortaient en courant de leurs chambres et on se serrait dans les bras, on dansait de joie. […] Tout le pays jubilait. Il me semble qu’on voyait le vol de Iouri Gagarine comme le début d’une nouvelle vie pour notre pays qui se relevait à peine de l’épreuve terrible de la Grande Guerre patriotique et qui allait de l’avant ».


| Nikita Khrouchtchev, accueille personnellement Gagarine à l’aéroport

| Gagarine est accueilli à l’aéroport de Vnoukovo

| Des hélicoptères larguent des dépliants de bienvenue

| Une grande foule attendait déjà Gagarine sur la place Rouge

| Gagarine saluant la foule depuis la tribune du mausolée de Lénine

Le 14 avril, la vie s’est complètement arrêtée à Moscou. Les enfants se sont enfuis de leur classe pour aller voir le premier cosmonaute, et beaucoup d’adultes ont pu ne pas aller au travail. « Nous savions que Gagarine arriverait le 14. Il n’était même pas question pour nous d’avoir cours ce jour-là. Nous sommes toustranquillement partis de l’université pour aller rencontrer Gagarine », se souvient Maria Solodoukhina, qui était étudiante en 1961. Il y avait de la musique sur l’avenue Lénine, les gens jubilaient et criaient « Hourra ! ».

Gagarine et son cortège rouleent de l’aéroport à la place Rouge
Accueil solennel de Gagarine sur la place Rouge

Pavel Barachev est l’un des premiers journalistes à avoir réussi à obtenir une interview avec Gagarine après son vol, quand celui-ci était en vacances. Il se souvient de la rencontre : « On nous a dit qu’une fois qu’un autre examen médical du cosmonaute serait terminé, quelques minutes plus tard, il descendrait un moment et répondrait aux questions des journalistes du journal Komsomolskaïa Pravda. On en tremblait : là, maintenant, on allait voir l’homme dont le nom était sur toutes les lèvres de la planète Terre… ».

Journalistes lors de la rencontre cérémoniale du premier cosmonaute

 

Au printemps 1961, Gagarine a débuté une grande tournée mondiale, et a visité plus de 30 pays. De Cuba au Japon, tout le monde voulait le voir. Les États-Unis font partie de ceux qui n’ont pas envoyé d’invitation au cosmonaute. Le pilote ne pouvait plus être lui-même, il était maintenant une personnalité médiatique qui devait toujours « garder la face » et faire plaisir aux gens avec son sourire si caractéristique.


| Gagarine en Grande-Bretagne

| Gagarine en Inde

| Gagarine rencontre des écoliers en Norvège

| Gagarine avec des paysans bulgares

| Gagarine au Mexique

| Les habitants de La Havane accueillent Gagarine lors de sa visite à Cuba

| Gagarine signe des autographes au Brésil

Nikolaï Kamanine, le colonel général de l’Armée de l’air, qui accompagnait Gagarine lors de ses voyages à l’étranger, a témoigné : « Presque tous les journaux soulignent que le voyage de Gagarine prouve à quel point “cet homme russe est grandiose”. Et je parle chaque jour à cet homme grandiose, au milieu d’un luxe et d’une gloire sans précédents, et je vois qu’il veut vraiment se détendre, rester seul, quelque part, avec une canne à pêche, sur une petite rivière près de Moscou… ».

Gagarine visité la tour de Londres

Le cosmonaute a en outre rencontré Élisabeth II. Voici le souvenir que Gagarine a gardé de cette rencontre : « J’ai déjeuné avec la reine au Palais de Buckingham. Et voilà. La reine m’a bien accueilli. Elle était polie et bienséante. Nous avons parlé du temps, de l’espace, de ses impressions. J’ai parlé avec le prince des pilotes, des vols, des nouvelles machines… J’ai offert un livre à la reine. Elle en était très heureuse. En retour, elle m’a offert une photo de sa famille ».

Gagarine au salon international de l’aéronautique et de l’espace, à Paris

La popularité de Gagarine était énorme, et les témoins de l’époque se souviennent que tous, du plus petit au plus grand, ne vivaient que pour l’espace et rêvaient de rencontrer le premier cosmonaute. Gagarine, lui, était plutôt réservé quant à la gloire qui lui était tombée dessus.

« Comme tout le monde, j’ai fait beaucoup d’erreurs. J’ai mes propres faiblesses. Il est inutile d’idéaliser un homme, il faut le prendre comme il est dans la vie. Sinon, ça devient désagréable, comme si j’étais quelqu’un de si bon, de si gentil, que ça en devient écœurant », a-t-il écrit dans son journal.

Source: Russia Beyond

Check Also 推荐文章

【东西视记】法国首届新春戏曲演唱会 Operas de Chine à Paris

法国首届新春戏曲演唱会,1月24日在巴黎团结协会之家(MAS PARIS)举办 本届戏曲演唱会由法国广东会馆、法国深圳联谊会暨总商会主办   &nbs ...